Le vice-président de la Commission européenne s’exprime sur un investissement plus vert

Le vice-président de la Commission européenne s’exprime sur un investissement plus vert

Le vice-président de la Commission européenne, Jyrki Katainen, prendra la parole lors de la Semaine verte à Bruxelles. Il expliquera comment le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) permet de mobiliser des financements pour des projets écologiques.

Mercredi 1 juin 2016 — L'investissement est un élément clé d'une transition réussie vers une économie circulaire et sobre en carbone. Le 1er juin 2016, le vice-président Jyrki Katainen et les principales parties prenantes discuteront des solutions pour aider les entreprises européennes des secteurs verts à accéder au financement, dans le but d'accélérer cette transition.

En prélude à cet événement, le commissaire européen en charge de l'environnement, des affaires maritimes et de la pêche, Karmenu Vella, a déclaré:

«La mise en œuvre du financement vert progresse, mais nous pouvons en faire plus pour soutenir les projets prometteurs et reproduire les expériences positives à travers l'Europe. La culture d'entreprise doit être axée sur le développement durable, et ce, à tous les niveaux, depuis les PME les plus modestes jusqu'aux gestionnaires de fonds. Pour qu'une transition se produise, des mesures incitatives s'imposent, de même que l'adoption d'un système financier qui tienne compte des impacts environnementaux lors des prises de décisions.»

Au cours des vingt dernières années, les fonds d'investissement verts ne représentaient que 2 à 3 % de l'investissement global. L'UE cherche à stimuler les éco-investissements en finançant des solutions innovantes au travers du FEIS et des Fonds structurels et d'investissement européens (Fonds ESI), ou par le biais d'instruments dédiés comme le mécanisme de financement du capital naturel (NCFF) ou LIFE. Faciliter l'accès au financement pour les projets verts ne constitue qu'une partie de l'équation. Les marchés financiers sont limités et risqués en l'absence de mesures renforçant leur durabilité. Il n'est possible de garantir une croissance à long terme et de faciliter la transition vers une économie circulaire que si l'ensemble du système financier évolue de façon à prendre systématiquement en compte les impacts environnementaux de toutes les décisions d'investissement.

L'économie circulaire est un secteur prometteur qui offre de nouvelles perspectives de croissance et d'emploi durables. Les entrepreneurs peuvent se spécialiser dans la réutilisation et le recyclage de certains produits tandis que les grandes entreprises peuvent se lancer dans la réutilisation des ressources et réduire ainsi leurs coûts, trouver de nouvelles sources de revenus et améliorer leur empreinte environnementale. Ces stratégies ont déjà fait leurs preuves.

Le 1er juin, un groupe de dirigeants d'entreprise fera une brève déclaration à la presse, aux côtés du commissaire européen Karmenu Vella, à propos de l'engagement du secteur de la distribution à investir dans une économie plus circulaire. Ce groupe fait partie du Retail Forum, une plateforme multipartite consacrée à l'échange de bonnes pratiques en matière de développement durable. Les actions de ce type permettront de mobiliser davantage d'investissements privés grâce à l'aide publique, laquelle devrait rassurer les banques dès lors plus disposées à financer des projets verts. Au bout du compte, tout cela facilitera la transition vers une économie circulaire et stimulera la création d'emplois en Europe. 

Circular Economy… it’s the way forward

The Juncker Plan for Investment in Europe: What is the EFSI?

Infographic - Day 3

Contactez-nous

Enrico Brivio

Spokesperson European Commission

Iris Petsa

Press Officer for Environment, Maritime Affairs and Fisheries

#EUGreenWeek

www.greenweek2016.eu

Published with Prezly